Suivez tous vos remboursements en ligne !!

Il suffit de vous inscrire à votre espace personnel pour y accéder dés maintenant !

Profitez au travers de cet espace dédié de nombreux services spécialement créés pour plus de confort !

Jour après jour, nous construisons la solidarité

Nos prestations

Adhérez selon votre profil

Accueil > Actualités > AUTOMEDICATION : PRATIQUE A RISQUES

AUTOMEDICATION : PRATIQUE A RISQUES

21 Décembre 2015

Nous sommes très nombreux à nous improviser médecin pour soigner un mal de tête ou un nez qui coule. Mais attention : l’automédication peut être une pratique à risques et qu’en est-il de l’efficacité des médicaments délivrés sans ordonnance ?

Le Conseil de l'Ordre des médecins, définit l’automédication comme l'utilisation, hors prescription médicale de médicaments. Elle est conseillée quand il s'agit de traiter sur une durée très courte une pathologie légère, mais « pas d'utilisation prolongée sans avis médical », c'est ce qui est indiqué sur les notices d’utilisation des produits.

Selon une étude du magazine 60 Millions de consommateurs publiée début décembre 2015, seule une minorité de médicaments en vente libre, parmi les plus utilisés contre le rhume, le mal de gorge, la grippe ou les troubles intestinaux, est efficace et inoffensive,

L’enquête a porté sur une soixantaine de médicaments les plus vendus tels que Actifed rhume jour et nuit, Caliptol inhalant, Fervex, Oscillococcinum, Néo-Codion ou encore Vicks vaporub, Lysopaïne, Strepsils, Gaviscon, Immodium et Microlax. Leur efficacité a été testée sous le contrôle du professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien, et Hélène Berthelot, pharmacienne.

28 médicaments sont classés « à proscrire »

Sur ces 61 médicaments, 28 sont classés « à proscrire »,  avec un « rapport bénéfice/risque défavorable en automédication ». Vingt sont classés « faute de mieux » : leur efficacité est « faible ou non prouvée mais ils n’ont pas, peu ou très rarement d’effets indésirables ». Seuls 13 d’entre eux -comme le sirop Clarix toux sèche, Humex adultes toux sèche dextrométhorphane abricot, Vicks vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Maalox sans sucre- ont un rapport bénéfice/risque favorable et sont « à privilégier » indique le journal.

Selon 60 Millions de consommateurs, les médicaments à proscrire, « comportent trop de contre-indications et des effets indésirables disproportionnés pour soigner des maux passagers, sans compter que certains contiennent des substances inefficaces ».

Attention aux risques

Le journal met particulièrement en garde sur les médicaments associant plusieurs substances (par exemple le paracétamol combiné au pseudoéphédrine et tripolidine) qui décuplent les risques d’accidents cardio-vasculaires et neurologiques.

L’automédication est une pratique jugée à risque par de nombreux professionnels de santé en raison des éventuels effets secondaires, des interactions médicamenteuses ou encore du non-respect de la durée des traitements. Avant de prendre un médicament, lisez bien la notice, les explications, les contre-indications et surtout respectez la posologie. Si vos troubles ne disparaissent pas au bout de quelques jours, allez consulter un médecin. 

Rechercher sur le site :

Centre sécurité sociale 602

Contactez nous :

Par courrier : MCVAP - 93545 Bagnolet CEDEX Par visite : 52, rue de Sévigné - Paris 3e
(de 8h45 à 16h30)
Par téléphone : 01 42 76 12 48 (de 8h30 à 16h30) Par email : contactsinternautes@mc602.com

Recevez la newsletter

Mutuelle des activités sociales

Paroles d'adhérents