Suivez tous vos remboursements en ligne !!

Il suffit de vous inscrire à votre espace personnel pour y accéder dés maintenant !

Profitez au travers de cet espace dédié de nombreux services spécialement créés pour plus de confort !

Jour après jour, nous construisons la solidarité

Nos prestations

Adhérez selon votre profil

Accueil > Actualités > Bilan de santé 2013

Bilan de santé 2013

13 Février 2015

L’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique) publie son Panorama de la santé 2013. Cette vaste étude présente les tendances et facteurs qui influent sur l’état de santé de la population, les services médicaux et les politiques de santé dans les 34 pays les plus riches de la planète ainsi que les grands pays émergents. Nous vous en proposons un rapide tour d’horizon.

Une espérance de vie moyenne à la naissance qui dépasse 80 ans.

Pour la première fois en 2011, l’espérance de vie moyenne a dépassé 80 ans dans l’ensemble des pays de l’OCDE, soit dix ans de plus qu’en 1970. Ce sont les Suisses, les Japonais et les Italiens qui ont la plus longue espérance de vie. La France arrive en sixième position avec 82,2 ans. L’espérance de vie des femmes est supérieure de 5,5 ans à celle des hommes. Les personnes les plus diplômées peuvent espérer vivre six ans de plus que les moins qualifiés.

De plus en plus de maladies chroniques

Les maladies chroniques telles que le diabète et la démence se répandent. En 2011, près de 7 % des 20-79 ans – soit plus de 85 millions de personnes – souffraient de diabète dans les pays de l’OCDE. (La France se situe dans la moyenne inférieure avec moins de 6 % de diabétiques)

Des médecins vieillissants et spécialisés.

En moyenne, près d’un tiers des médecins dans les pays de l’OCDE étaient âgés de plus de 55 ans en 2011, contre un sur cinq en 2000.

Depuis de nombreuses années, la problématique du vieillissement des médecins dans les pays de l’OCDE suscite des inquiétudes quant à l’insuffisance de la relève, bien que dans plusieurs pays, les départs à la retraite s’avèrent souvent progressifs et de plus en plus tardifs

Alors que depuis 2000, le nombre de médecins a progressé dans la majorité des pays membres, la France fait partie des quelques pays pour lesquels leur nombre par habitant n’a quasiment pas progressé (3,3 médecins pour 1000 habitants).

L’équilibre entre généralistes et spécialistes a changé au cours des dernières décennies, le nombre de spécialistes ayant augmenté beaucoup plus rapidement que celui des généralistes. On comptait en 2011 deux spécialistes pour un généraliste en moyenne dans les pays de l’OCDE. La hausse lente, voire le recul, du nombre de généralistes suscite des préoccupations quant à l’accès aux soins primaires.

Réduction de la durée des hospitalisations

En moyenne dans les pays de l’OCDE, plus de deux tiers (70 %) des lits d’hôpital sont affectés aux soins curatifs. Le reste des lits est affecté aux soins psychiatriques (14 %), aux soins de longue durée (12 %) et à d’autres types de soins (4 %).

On constate une réduction de la durée des hospitalisations. Au cours des dix dernières années, la durée des séjours toutes causes confondues a chuté dans pratiquement tous les pays, passant de 9,2 jours en 2000 à 8 jours en 2011.

Consommation de médicament et part des génériques

La croissance des dépenses pharmaceutiques s’est ralentie dans de nombreux pays de l’OCDE ces dernières années  Toutefois, pour de nombreuses catégories de médicaments, les quantités consommées continuent de croître, dû en partie à la demande croissante concernant les maladies liées au vieillissement et les maladies chroniques. On constate une nette augmentation du recours aux médicaments génériques, qui pour l’Allemagne et le Royaume-Unis représente 75 % du marché. La France se situe loin derrière avec moins de 25 %.

Accès et couverture des soins de santé

La presque-totalité des pays (hormis le Mexique et les Etats-Unis) disposent d’une couverture d’assurance maladie universelle ou quasi universelle pour un panier de services et biens médicaux essentiels.  On observe des disparités importantes dans la part des dépenses de santé restant à la charge des patients (moins de 10 % aux Pays-Bas ou en France à plus de 35 % au Chili ou en Corée).

Si la France est particulièrement bien classée pour le faible reste à charge en arrivant en deuxième position avec une participation des ménages représentant près de 9 % contre 20 % pour la moyenne des pays étudiés, c’est l’intervention des complémentaires santé qui permet d’atteindre ce résultat. En effet, l’étude démontre que 96 % de la population française dispose d’une couverture complémentaire santé. Il s’agit du plus haut niveau recensé parmi les états étudiés.  Le niveau français est moins satisfaisant concernant les dépenses prises en charge par les acteurs publics. La sécurité sociale couvre 76 % des dépenses –seulement 55 % pour les soins de ville courants- Ce score classe la France au 14e rang des pays où la dépense publique de santé est la plus importante.

Un vieillissement de la population qui accroit la demande de soins de longue durée

L’espérance de vie à 65 ans continue de progresser. Elle atteint presque 21 ans pour les femmes et 18 ans pour les hommes. Cette augmentation s’accompagne de plus en plus de maladies chroniques. Un quart des personnes âgées de plus de 85 ans souffrent de démence. La France est le pays de l’OCDE où l’espérance de vie à 65 ans est la plus élevée et où la prévalence de la démence est la plus forte, mais les ressources humaines dont elle dispose sont loin d’être adaptées au défi du vieillissement. Le nombre de travailleurs dans le secteur des soins de longue durée en proportion de la population âgée de plus de 65 ans y est une des  plus faible avec 1,6 travailleurs pour 100 personnes âgées de plus de 65 ans, alors que la moyenne de l’OCDE est de 6,8 pour 100.

Source : OCDE 2013 Panorama de la santé 2013 : les indicateurs de l’OCDE, Editions OCDE

Rechercher sur le site :

Centre sécurité sociale 602

Contactez nous :

Par courrier : MCVAP - 93545 Bagnolet CEDEX Par visite : 52, rue de Sévigné - Paris 3e
(de 8h45 à 16h30)
Par téléphone : 01 42 76 12 48 (de 8h30 à 16h30) Par email : contactsinternautes@mc602.com

Recevez la newsletter

Mutuelle des activités sociales

Paroles d'adhérents