Suivez tous vos remboursements en ligne !!

Il suffit de vous inscrire à votre espace personnel pour y accéder dés maintenant !

Profitez au travers de cet espace dédié de nombreux services spécialement créés pour plus de confort !

Jour après jour, nous construisons la solidarité

Nos prestations

Adhérez selon votre profil

Accueil > Actualités > Le Printemps arrive... gare au pollen !

Le Printemps arrive... gare au pollen !

02 Mai 2013

Ce printemps 2013 qui arrive avec plusieurs semaines de retard, pourrait être particulièrement difficile pour les personnes allergiques… et les autres.

En effet, les concentrations de pollen sont tellement élevées cette année que même les sujets peu sensibles pourraient en souffrir.

« Il y a trois fois plus de pollen en suspension que d’habitude » indique Michel Thibaudon, directeur du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). C’est le retard de la végétation lié aux mauvaises conditions météorologique qui en est la cause. La brusque remontée des températures mi-avril a conduit à une floraison qui intervient dans un délai beaucoup plus court, entrainant une élévation spectaculaire des concentrations de pollen en suspension dans l’air. «À Paris, il y a actuellement près de 250 grains de pollen par m3 et par jour». Il suffit de quelques dizaines de grains pour que les personnes allergiques ressentent une gêne.

Dans le nord de la France, les bouleaux et les frênes émettent le plus de pollens allergisants. Dans le Sud, ce sont les cyprès et les chênes. Et la floraison prochaine des graminées, à l'origine du fameux rhume des foins, ne laissera guère de répit aux allergiques.

Les arbres libèrent des milliards de grains de pollen dans l'atmosphère dès qu'ils sont arrivés à maturité. Le vent peut les transporter à des dizaines de kilomètres de distance, les entraîner à très haute altitude et leur faire faire le tour de la terre. Plusieurs études récentes ont montré que les émissions de pollen peuvent varier considérablement d'une année sur l'autre ainsi que d'une région à l'autre mais également pour une même espèce végétale dans un rapport de 1 à 6 en fonction des conditions météorologiques, de la pollution en microparticules et «d'autres facteurs encore insuffisamment cernés», comme le souligne l'étude pilotée par M. Thibaudon (Revue des maladies respiratoires).

Il faut également savoir que le risque n'est pas le même tout au long de la journée. Le bouleau, par exemple, libère son pollen en fin de matinée. L'ambroisie, une plante envahissante, très présente dans la région Rhône-Alpes, libère l'essentiel de son pollen en extrême fin de nuit et en début de matinée, comme le note M. Thibaudon. La météo peut également jouer un rôle amplificateur, en période d'orage, chaleur et humidité font éclater les grains, ce qui libère les substances allergisantes. Pour en savoir plus consultez le site français des allergies aux pollens: http://pollens.fr/les-bulletins/bulletin-allergo-pollinique.php

 

Rechercher sur le site :

Centre sécurité sociale 602

Contactez nous :

Par courrier : MCVAP - 93545 Bagnolet CEDEX Par visite : 52, rue de Sévigné - Paris 3e
(de 8h45 à 16h30)
Par téléphone : 01 42 76 12 48 (de 8h30 à 16h30) Par email : contactsinternautes@mc602.com

Recevez la newsletter

Mutuelle des activités sociales

Paroles d'adhérents